Découvrir Com’Art grâce à la journée d'immersion
Demande de documentation
Photographie des locaux de Com'Art
Photographie des locaux de Com'Art situé au coeur de Paris, près du musée du Louvre
Découvrir les métiers artistiques
Demande de documentation
Le métier de Webdesigner t'attire ? Voici une fiche métier pratique pour comprendre en quoi consiste cette nouvelle activité professionnelle en pleine expansion.
Découvrez le métier de Webdesigner avec cette fiche dédiée à ce nouveau métier du Web !

Dans la peau d'un Webdesigner

Webdesigner : quesaco ? À mi-chemin entre le graphiste, l’ergonome Web et le directeur artistique, le webdesigner est celui qui pense les interfaces d’un site Web (graphisme des pages, navigation, fonctionnalités, ergonomie). Sa mission : créer des sites Internet qui soient à la fois séduisants et fonctionnels pour permettre une navigation optimale sur la toile.

 

Ça tombe peut-être sous le sens mais…

Le design d’une page Web obéit à des règles très différentes de celles du design de supports de communication imprimés. Sur la toile, les réflexes changent : le regard doit pouvoir se poser rapidement sur l’information essentielle. Interface de connexion, menus lisibles, confort de lecture sur les pages articles, boutons cliquables : le rôle du Webdesigner est de concevoir un site Internet en se plaçant depuis le point de vue de l’utilisateur.
Mais pas que ! Il doit également prendre en considération les contraintes techniques liées aux différentes technologies et langages Web (Flash, Javascript, CMS) et bien sûr, respecter le cahier des charges du client.

 

Alors à quoi sert un Webdesigner ?

Un Webdesigner est avant tout quelqu’un doté d’un solide sens graphique. Ce professionnel de l’image a le sens du multimédia ; il maîtrise les codes de la communication visuelle… sur la toile. L’une des premières tâches d’un Webdesginer (comprenez « designer de pages Web »), c’est de concevoir le graphisme des maquettes des pages du futur site Internet de son client.

 

Accessibilité et architecture de l’information

Mais avant de parvenir à l’élaboration de ces fameuses pages, le Webdesigner va devoir effectuer un travail de recherche en étroite collaboration avec le client. À quelle cible se destine le site Internet ? Si le site vise un public de professionnels et de jeunes actifs (Viadéo par exemple), l’ergonomie et les impératifs graphiques ne seront pas les mêmes que ceux d’un site à destination des seniors ou d’un public handicapé. Dans ce cas précis, le graphisme et les fonctionnalités du site Internet devront être pensés de manière ultra-simplifiée et répondre aux exigences spécifiques de ce genre de public (gros boutons, peu d’informations sur la page, accessibilité hyper-optimisée, etc.). La question de la cible va donc considérablement influencer la composition de la maquette d’un site.

 

Quel type de cahier des charges ?

Autre contrainte prise en considération par le Webdesigner : le cahier des charges de son client. En premier lieu : le budget. Si le client ne dispose que de 2500 euros pour réaliser son site Internet — ce qui est un budget assez fréquent chez les TPE et PME —, les missions du Webdesigner vont se limiter au choix d’un template (modèle) de page avec quelques aménagements graphiques, mais guère plus. Le reste du budget sera consacré à l’hébergement, l’achat de photos, aux développements secondaires et la sécurisation du site.
C’est vraiment sur des projets plus importants que la valeur ajoutée du Webdesigner va se faire. En fonction de l’objectif du site Internet (donner la météo, permettre le troc d’objets entre particuliers, proposer une exposition virtuelle, etc.), le Webdesigner devra penser un design sur mesure répondant aux besoins spécifiques d’utilisation.

 

L’art de naviguer entre les pages

C’est ici que le Webdesigner va se creuser la tête pour proposer une solution graphique et fonctionnelle qui soit optimale. Ses maîtres mots : ergonomie, accessibilité et navigation facilitée. Le Webdesigner va puiser dans sa créativité pour que sur le site, tout soit simple et facile à trouver. Bien sûr, il y a des conventions à respecter, comme placer le menu de navigation de façon lisible (en barre de menu supérieure ou à gauche de l’écran). Et encore… ces conventions peuvent fortement varier d’un site à un autre. S’il s’agit de réaliser le portefolio ultra-immersif d’un photographe, le menu sera plutôt discret. S’il s’agit d’un site e-commerce en ligne, le bouton panier en ligne doit être immédiatement identifiable, etc.
Ce qui fait un bon webdesigner, outre ses compétences graphiques et ses connaissances techniques, c’est donc sa capacité à se mettre à la place de l’utilisateur pour qui il réalise le design. En somme, le webdesigner doit faire preuve… d’une grande empathie !

 

Arborescence et fonctionnalités du site

Une fois les grandes rubriques identifiées, le Webdesigner va passer à la réalisation de l’arborescence. L’arborescence, c’est une version simplifiée et sans graphisme de la structure du site. Chaque page y est figurée sous forme de bloc, ainsi que les catégories, sous-catégories, menus, footer, espace de connexion personnel, blog, etc. L’arborescence est en quelques sorte le squelette du site : il lui donne sa colonne vertébrale.
Ensuite, le Webdesigner va procéder en duo avec le développeur à la mise en place d’un cahier des charges des fonctionnalités du site. Ce cahier des charges — exhaustif — liste toutes les fonctionnalités et met en face le type de solution technique envisagée, avec les délais de mise en place. Ce cahier des charges prévoit la V1 du site, mais aussi la V2, ainsi que les fonctionnalités à prévoir ultérieurement (après la sortie du site). Ce cahier des charges permet d’arriver à un chiffrage réaliste du coût et du temps de fabrication du site Internet.

 

Mon beau template, roi des templates…

Une fois ces éléments arrêtés et validés par le client, le Webdesigner va pouvoir commencer à plancher sur le design des pages du site Internet. Plusieurs hiérarchies de pages sont envisagées : niveau 1, niveau 2, niveau 3, etc., en fonction des rubriques arrêtées dans le cahier des charges.
Dans un premier temps, le Webdesigner va réaliser une page test qu’il soumettra au client. Cette page a pour rôle de déterminer la charte graphique de l’ensemble du site Internet. Après plusieurs aller-retour avec le client, l’identité visuelle est validée et la création des autres pages peut commencer. À noter que le Webdesigner est le garant de l’identité visuelle et de la charte graphique de toutes les pages du site.
Une fois les templates (maquettes) de toutes les pages du site réalisées, le Webdesigner va exporter l’ensemble des fichiers en format JPG ou GIF pour envoyer le tout à l’intégrateur.

 

Être un peu technicien quand même

Sans être un pro de la technique, le Webdesigner doit pouvoir connaître les principales technologies d’intégration et de développement. Ceci, afin d’anticiper les contraintes techniques liées à l’intégration de ses maquettes (éviter de demander des choses trop complexes), mais aussi afin de pouvoir conseiller ses clients dans le choix de tel ou tel type de CMS (Wordpress, Drupal, Joomla, etc.). Le Webdesigner devra ainsi être capable de manier un minimum d’outils d’intégration type XML ou Javascript, mais également avoir des notions en langage HTML afin d’être capable de retranscrire ses templates pour le Web. Il devra également savoir construire des pages en CSS et être en mesure de découper les trames des pages Web.

 

En résumé :

Le Webdesigner est un créatif, un pro de la communication visuelle multimédia qui maîtrise les technologies du Web. Sa mission est de concevoir des sites Internet qui soient accessibles, beaux et faciles d’utilisation.
Il travaille en étroite collaboration avec le client d’une part — pour élaborer un cahier des charges — et avec les équipes de développeurs et intégrateurs d’autre part pour la réalisation technique de ses propositions visuelles.

Devenir Webdesigner

Insertion : métier en pleine expansion. De plus en plus de Webdesigners se forment aux technologies de l’intégration et du développement pour être autonomes dans leur offre de service.

Salaire débutant : 1800€ brut. Mais ceci reste une moyenne car les Webdesigners indépendants négocient leur paie à la mission (non mensualisée).

Perspectives d’évolution : Webdesigner senior, chef d’édition, chef de projet.

Formation : Bac + 2 : BTS Design graphique option médias numériques ; Bac + 3 et plus : Concepteur multimédia numérique, Écoles spécialisées dans les métiers du web.



devenir Webdesigner ? formation BTS design graphique à Com'Art !
   
"

Newsletter

La newsletter Com’Art vous permet de recevoir en début de mois, toutes les informations relatives à la vie de l’école.
Pour s'inscrire:

Haut de page