gif animé
Des GIF imprimés, c’est possible ?
17 novembre 2014
décoration intérieure bar
De l’origami avec du bois
25 novembre 2014

Des meubles en open-source

table mobilier bois

L’open-source, du logiciel au mobilier

Très répandu dans le domaine du logiciel informatique, le modèle open-source se développe de plus en plus. C’est celui qu’a décidé de suivre la start-up OpenDesk, qui propose en accès libre et gratuit des plans de tables, tabourets, fauteuils et mobilier divers à monter soi-même.
OpenDesk est un site collaboratif où les designers proposent en téléchargement gratuit des plans de meubles à monter soi-même. Les plans, sous licence Creative Commons, sont libres de droits et gratuits, mais seulement pour un usage personnel. Chaque plan peut être customisé à volonté.
De la découpe à la réalisation intégrale du meuble, plusieurs options sont disponibles. Pour réduire les coûts, il est aussi possible de confier les plans téléchargés à un menuisier et d’assembler les pièces par la suite.
OpenDesk mobilier open source
Grâce à un système de vote, les internautes peuvent classer les différents designs selon leurs goûts et préférences. La présence d’un QR code dans la notice d’utilisation permet également d’accéder à la timeline d’un produit où sont partagées les photos des utilisateurs et membres de la communauté.

Un modèle alternatif

L’open source offre des solutions alternatives pour l’industrie du meuble. Son principe repose sur la contribution collective d’une communauté dans le développement d’un produit et s’appuie sur trois principes fondamentaux : l’accès aux plans, la libre redistribution et la possibilité de créer des versions dérivées du modèle de base.
interface web OpenDesk
Des phénomènes récents comme le DIY (Do It Yourself) ou le mouvement des makers sont les témoins d’une tendance bien réelle. Pour Chris Anderson, ancien rédacteur en chef du magazine Wired, le mouvement des « Makers » irait bien au-delà du simple événement convivial ou festif. Il s’agitait d’une « nouvelle révolution industrielle » et d’un « mouvement économique ».

via Les Echos

ut Phasellus elit. porta. quis, felis tempus id ut risus